"Comment s'améliorer ?" par Ver - traduction française

Traduction française originale proposée par le MVP Lyyna en 2013, sur l’ancien forum.


à noter : la partie “trad” est faite, cependant je dois encore y repasser un coup, rattraper certaines fautes de sens (je traduis “phrase par phrase”, donc certains passages sont un peu durs à comprendre), corriger des fautes (j’en ai tapé pas mal avec un qwerty par exemple, donc les accents sont passés au placard), et de façon générale remettre tout ça en forme car pour le moment, il n’y a que du texte brut. Mais en tout cas, c’est en français. Par contre vous m’excuserez, ça attendra un tout petit peu.

Bonjour tout le monde.

Voici une traduction de l’excellent “How to improve” (http://www.teamliquid.net/staff/stet_tcl/How_to_Improve_by_Ver.pdf), un guide généraliste sur l’apprentissage réalisé par Ver, un terran postant de nombreux avis & aides d’excellente qualité sur Teamliquid. Ce document n’étant pas disponible en français, suite à une discussion avec Meozeldian évoquant le manque de contenu français de ce type, j’ai décidé à la sortie de Heart of the Swarm de lancer dans cette traduction… et quelques mois plus tard, la voila !

Ce document, écrit en 2010, est considéré comme une des meilleures sources traitant de méthodes d’apprentissage et d’amélioration, et est applicable non seulement à Starcraft mais aussi à bien d’autres domaines.

Des choses à noter :

  • Ce guide est conçu à la base pour Broodwar, donc il y a quelques détails à retenir :
  • Des joueurs au niveau différent de celui qu’ils peuvent avoir maintenant, voir des noms inconnus à l’heure actuelle pour les nombreuses personnes qui ont commencés sur Starcraft 2
  • Un jeu radicalement différent au niveau des unités, bâtiments, fonctionnement des races, etc. Par exemple les zergs n’avaient pas les reines que l’on a à l’heure actuelle, et il était normal de faire 5 couveuses sur 3 bases uniquement pour les larves
  • Une bonne façon de compenser ce ‘décalage’ est d’utiliser l’excellent http://wiki.teamliquid.net/starcraft/Main_Page afin de vous renseigner sur les unités ou joueurs de l’époque par exemple, même si je ferais en sorte d’expliciter au mieux les références faites dans le guide
  • La séparation Corée/reste du monde était BEAUCOUP plus forte : la première était beaucoup plus renfermée sur elle-même, et la différence de niveau était gigantesque. Pour un joueur occidental, battre même un pro coréen de seconde zone pouvait représenter le sommet de sa carrrère
  • L’obtention de contenus de jeu de qualités tel que des replays et des VODs était bien plus compliqué, dû au renfermement de la Corée (il était donc difficile de trouver les parties des meilleurs), au fait que la communauté était moins “développée” (aujourd’hui, tout les grands sites sont un minimum reliés, et la plupart des compétitions sont couvertes et leurs parties peuvent être examinés sous divers formats, replays, vod…), la mise à disposition des parties en ligne étaiet une exception, et également au fait que le streaming ‘personnel’ des bons joueurs était inexistant à l’époque.
  • Ce guide est conçu pour des gens motivés et prêts à faire un minimum de recherche et d’efforts pour s’améliorer (de toute façon, si ce n’est pas le cas, vous aurez bien du mal à devenir meilleur sur Starcraft)
  • Le guide fait régulièrement allusion à des VOD/replays : celles-ci sont souvent situées à la fin du guide original, je ne les ajouterais pas car il s’agit de parties de Broodwar. Je me contente de laisser les références à celles-ci pour respecter la traduction

Il y aura tout au long de la traduction des notes personnelles, signalées par (* Texte *) : il s’agira parfois de traits d’humour, de commentaires pour expliquer tel ou tel détail que l’auteur a jugé implicite ou juste trop rapidement abordé, ou, très souvent, pour expliquer des références à BroodWar et donner des équivalents Starcraft 2. A noter que pour ce qui est d’expliquer ces références, je ne le ferais pas systématiquement à chaque fois que l’on parlera de la même chose, en particulier des unités ou des stratégies (je ne vais pas expliquer 976 fois ce qu’est un lurker par exemple!)

Pour ceux qui ne me connaissent pas déjà (par exemple ceux qui liront ce guide quand je serai oublié du monde !) : je suis un joueur terran français, un des MVP du forum Starcraft 2 français, auteur du guide TvP Mech le plus populaire de Wings of Liberty (http://www.teamliquid.net/forum/viewmessage.php?topic_id=323003). Je suis depuis longtemps dans le haut de la ligue Maître du serveur Européen, jouant la quasi-totalité de mes parties avec des unités mécaniques quelque soit la race que j’affronte. Joueur très lent (lors de mon plus gros pic sur le ladder, dans les premiers de la ligue Maître, où j’ai pu battre de vagues inconnus comme un certain Kas à l’époque où il ravageait l’Europe, je me baladais à environ 80 apm en moyenne…des pointes à 120 !!!), je me suis spécialisé depuis longtemps dans la réflexion, le theorycrafting, et l’optimisation, compensant ma lenteur par mon sens du jeu, mes stratégies raffinées, et l’exploitation rigoureuse de mes mécaniques limitées.

Mon but avec cette traduction est tout simplement d’apporter ma contribution à la communauté française, qui manque considérablement de sources de qualité dans la plupart des domaines du jeu…et l’apprentissage du jeu est justement un bon endroit où commencer !

Quelques trucs à noter vis à vis de moi même, impactant mes écrits :

  • Je suis TRES direct. Je peux dire (en particulier dans mes ‘commentaires’, ou dans les conseils personnels que j’ajouterais après le guide) des choses qui ne seront pas appréciées de tout le monde, cependant…
  • Quand j’ai un doute sur un truc, je ne le dis pas. Je ne peux pas demander que l’on me croit sur parole, par contre quand je dis quelque chose, ce n’est pas lancé “comme ça”, c’est quelque chose auquel j’ai réfléchi et que j’ai vérifié dans la mesure du possible (et donc forcément, si je sais que je peux prouver de façon raisonnable mes propres, je n’y vais pas par 4 chemins, cf. point précédent :D)

Introduction (Traduction par screaMouT)
1) Buts (Traduction par screaMouT)

Partie I : Les idees fausses
2) Coreens contre non-Coreens
3) Mauvaises sources
Principaux problemes d’apprentissage, et solutions
4) “je sais ce que je dois faire, je n’arrive juste pas a le faire”
(*La version classe du “je suis trop fort, c’est juste que j’ai la flemme”)
5) “Je veux etre different des autres”
Les strategies peu connues
6) Le mental
7) Strategies contre Mecaniques?

Partie II : Les skillZ (Avec un Z, ca sonne mieux imo)
8) La micro
9) La macro
10) Le Multitask
Vitesse d’execution
11) Strategie
Ameliorer son ordre de construction
Ameliorer votre planification
12) Prise de decision
Comment ameliorer cet aspect?
13) Sens du jeu
14) Amélioration générale de la stratégie
15) S’améliorer en tant que terran

Après le guide se trouve ma section personnelle où je donnerais mes propres conseils et tentent de trouver des équivalents en matière de standards aux stratégies présentées dans le guide

Pour les VOD, cf le pdf original. je les rajouterais ptet quand j’aurais fini mais vu que c’est des games de BW…


Introduction

Cet article a pour but de donner une vision d’ensemble du processus d’amélioration sur Starcraft. A cause de cet objectif, certaines sections seront inutiles aux joueurs ayant de l’expérience tandis que les sections “avancées” seront incompréhensibles pour les nouveaux joueurs (*Logique en matière d’apprentissage, faut dire). Ce document peut être lu de bout en bout, cependant, toutes les parties peuvent être lues séparément car indépendantes les unes des autres.

Comme cette approche est quelque chose que j’ai utilisé pour atteindre de bons résultats rapidement dans beaucoup d’autres milieux compétitifs, la méthodologie générale présentée dans cet article pourra être utilisée dans d’autres domaines que Starcraft (comme, par exemple, Starcraft 2). Le langage spécifique a Starcraft devra être adapte à ces domaines, mais le concept général reste vrai dans de nombreux cas.

1) Buts

Pour quelle raison cherchez vous à progresser sur Starcraft? La seule approche raisonnable pour répondre à cette question est de commencer par vous fixer un objectif, puis de vous fixer les méthodes pour atteindre cet objectif. (litt. vous donnerez les moyens d’atteindre cet objectif). Cela peut vous sembler évident et ça l’est, mais dans la pratique, peu le font ou alors pas de façon optimisée. Par exemple, si votre but est d’atteindre le meilleur classement à l’ICCUP (Broodwar autorisait les ladders “privés” et ICCup en ait un des plus célèbres) en Terran aussi vite que possible, sans accorder d’importance au “skill”, alors une approche cohérente serait de proxy barrack à chacune de vos parties. Si la race n’a pas d’importance, alors utiliser le Bulldog (Une technique PvT de Broodwar, tres puissante a son epoque, et assez dure a combattre) sur Longinus (Map de Broodwar) contre des terrans non-coreens (Dire qu’il y avait un fosse entre coreens et non-coreens a l’epoque est un euphemisme) est une methode reconnue pour avoir l’air bon.

En appliquant cette approche (ou toute autre approche similaire), vous devriez atteindre un classement élevé [ou une ligue élevée] bien plus rapidement que si vous essayez de jouer de façon “standard”. Si c’est bel et bien votre objectif, alors foncez et ne vous préoccupez pas de ces “abrutis” [fools en anglais dans le texte] qui vous jugent parce que vous faites des cheeses. Les foreigners [ndlr non-coréens] ont une obsession malsaine vis-à-vis des cheeses et autres all-in, et forcerait volontiers les gens à ne pas en faire du tout. Les moyens que vous mettez en oeuvre pour tentez de gagner dépendent uniquement de l’objectif à atteindre.

D’un autre côté, si votre but est de vous améliorer autant que possible, pourquoi perdriez vous votre temps à faire des all-in dès le départ? Qu’est ce que cela vous apporterait si ce n’est une infime partie du jeu? Au mieux, vous deviendrez Horang2, un joueur totalement imprévisible qui perd plus qu’il ne gagne parce que sa base de “skill” n’existe absolument pas. Si vous voulez “voler” la victoire à des adversaires plus forts que vous, alors quelqu’un comme Horang2 est un très bon exemple à suivre. Si vous ne voulez pas progresser et juste faire n’importe quelle stratégie que vous avez en tête, alors faites le. Donc, avant de commencer, fixez vous un objectif et donnez vous les moyens pour l’atteindre de sorte à ce que ces moyens soient cohérents avec votre but.

La méthode d’entrainement dans ce guide est focalisée sur la création d’une base de skill forte et polyvalente, si ce n’est pas votre but, vous devriez passer cette section. La “base” de skill, signifiant qu’un joueur orienté macro est capable de s’adapter à toutes les phases de jeu, est le plus long à apprendre mais c’est de loin le meilleur entrainement et le plus complet. Bien sûr, cela comprend une énorme quantité de styles de jeu allant de “Iloveoov, Salvior et Flash” jusqu’à “NaDa, July, Jaedong, Boxer et Bisu.” Si vous n’êtes pas d’accord avec cette affirmation, c’est bien dommage car l’histoire de chaque “Bonjwa” et grand joueur prouve le contraire.

Si vous voulez devenir le meilleur ou atteindre votre potentiel maximum, vous devez devenir un joueur qui peut gagner même si votre adversaire sait exactement ce que vous allez faire. Un joueur avec une base du jeu “complète” doit et peut apprendre des all-in et des styles de jeu agressif en early. Cependant, ils doivent être une valeur ajoutée à ses forces le rendant compétent dans toutes les phases de jeu et non pas sa seule option de jeu.

Le meilleur joueur actuel à montrer toutes ses capacités est Flash [ndlr. Sur BW, à l’époque]: Plus la partie dure, peu importe qui est son adversaire, ses chances de gagner augmentent encore et toujours. Flash sait que s’il arrive au midgame ou au lategame sans avoir subi de dégats, il va probablement gagner. Son adversaire le sait aussi et essaye de le tuer avant ça ou bien de l’affaiblir et obtenir un avantage significatif avant le mid ou lategame. Mais ça montrerait à Flash des faiblesses de jeu dont il pourrait profiter pour gagner une partie rapide grâce à des all-in ou des agressions en early. Même si Flash n’est pas particulièrement bon dans ce style de jeu, la menace qui pèse sur son adversaire à cause de son incroyable mid et lategame rend tous ses all-in viables.

D’un autre côté, vous avez des joueurs comme Shine: si il n’arrive pas à prendre un avantage important grâce à ses mutas ou ses hydras, il va probablement perdre. Plus la partie dure, plus ses chances de gagner chutent. Contrairement à Flash, il n’a aucun avantage à être capable de gagner rapidement une partie, car c’est sa seule possibilité. Simplement, une connaissance solide des mécaniques du jeu, une bonne compréhension du jeu et un bon “decision making” donnes le meilleur de chaque partie, alors qu’une approche unilatérale du jeu ne donne qu’une capacité… unilatérale…

Partie I : Les idees fausses

Une grosse partie de ce qui bloque la progression de pas mal de joueurs n’est pas le manque de connaissances, mais l’accumulation d’idées fausses ou biaisées : c’est un problème très grave auquel on ne fait pas assez attention. Parlons un peu de quelques unes de ces idées fausses.

2) Coreens contre non-Coreens

Un des plus gros problemes est la difference entre les coreens et les non-coreens (je dirais foreigners maintenant). Souvent vous entendrez les gens dire qu’un tel a un “style coreen” ou un “style foreigner”. Ce n’est pas une bonne chose, car cela donne l’impression que ce n’est qu’une affaire de choix et que les deux styles sont plus ou moins equivalents (A la fin de WoL, le probleme a ete regle au moins en zerg : l’infestateur a fait consensus entre foiregners et coreens ! Plus serieusement, c’est un peu moins un souci sur sc2, ou les styles se distinguent plus par les mecaniques et le game sense que par l’orientation du style de jeu).
Par exemple, peut-on argumenter de facon convaincante que le style agressive en Zerg de Jaedong ou July est meilleur ou pire que le style defensif de Gorush/Savior ? Il a ete montre que les deux sont viables et que c’est au joueur de decider lequel il prefere : simple affaire de choix.

Malheureusement ce n’est pas le cas des differences entre foreigners et Coreens. Ce ne sont pas 2 styles viables, il y en a un bon et un mauvais. Lequel est le bon a votre avis? Certaines personnes considerent qu’il est bon d’etre different des coreens, ce qui est idiot. Jouer “a la coreenne”, c’est un des meilleurs compliments que l’on pourrait recevoir (Je retiens ca pour la prochaine fois que j’irais draguer). A l’inverse, une personne qui joue de facon creative ou non-standard utilisera presque tout le temps des strategies assez mauvaises.

Une des raisons de cet etat de fait est que les foreigners ne sont pas punis aussi durement qu’ils pourraient l’etre (et qu’ils le seraient, si ils jouaient sur la scene Coreenne). Gagner avec quelque chose contre des joueurs qui ne comprennent pas vraiment le jeu n’est pas une bonne facon de tester cette idee. Ca ne veut pas dire qu’elle est mauvaise bien sur, mais ne veut pas dire qu’elle est bonne non plus. Comparez cela avec les meilleurs joueurs au monde : lorsque Flash ou Fantasy gagne avec quelque chose contre les meilleurs adversaires possibles, alors c’est que cette chose a un interet a etre reutilisee.

Lorsque vous gagnez regulierement avec quelque chose, il est normal que votre confiance dans l’efficacite de cette chose soit augmentee. Pour des pro-gamers, c’est une bonne facon de tester la viabilite de leurs idees. Si ils continuent de gagner avec, c’est qu’elles sont viables dans la mesure ou elles sont utilisees contre les meilleurs joueurs possibles. Ce n’est pas vrai dans le cas des foreigners qui jouent contre leurs semblables. Si Flash (Dieu) arrive en finale de MSL avec des strategies bio sur une base (Totalement pas viable sur BW), il se fera absolument massacrer par Jaedong (Le diable) parce qu’il saura tres bien le contrer. Mais les foreigners peuvent monter tres haut sur le ladder (Ladder ICCup sur BW) avec ce genre de strategies parce qu’ils vont jouer contre des gens qui n’ont aucune idee de la facon de contrer ces strategies. Le probleme ne fait qu’empirer parce qu’ils en viennent a penser que leurs idees sont correctes a force de battre des gens ne sachant simplement pas comment les battre. Quand des choses comme ca s’averent possible, il ne faut pas s’etonner que le concept de “comprehension des strategies” devienne foireux.

3) Mauvaises sources (Pour remettre dans le contexte, le doc se base sur BroodWar, donc a l’epoque Coreens >>>> All, bien pire que maintenant, et donc a la fois les “bons” joueurs n’existaient pas en dehors de la Coree, et trouver des sources d’infos a jour, guides etc, etaient tres durs dans la mesure ou toutes les bonnes sources de base etaient en coreen. Mais dans l’idee, remplacer non coreens/foreigners/etc par “non top monde ou pro de tres tres haut niveau”)

Si vous voulez devenir bon a Starcraft, vous devez apprendre de ceux qui l’ont fait avant vous. Il n’y a aucun interet dans le fait de tenter d’apprendre l’equivalent de 11 ans de developpement strategique seul de son cote. Les grandes questions (et c’est la que beaucoup de joueurs se trompent) sont “de qui apprendre?”, “quoi apprendre”, et “comment l’apprendre”.

Apprendre des plus grands joueurs, qui savent le mieux le qu’ils font et jouent au meilleur niveau de competition possible, ou des joueurs de plus bas niveau qui parlent le meme langage que vous? La reponse correcte est bien entendue d’apprendre des meilleurs joueurs , meme si il peut etre tentant d’apprendre aupres d’une personne qui se trouve dans une situation similaire a la votre et avec qui vous pouvez parler directement (Et non, votre pote kevin “qui est silver parce que le matchmaking il est mechant mais est GM en MLG code A+**+” n’est pas une meilleure source d’informations qu’un pro). Cela ne veut bien sur pas dire que l’on ne peut pas apprendre d’un “non-pro”, cela veut juste dire que les seules personnes envers lesquelles vous pouvez avoir une foi aveugle sont les pros (C’est un peu moins vrai sur SC2, entre autre car y a pas encore eu 10 ans de strategie et de perfectionnement de la part des pros, mais vous voyez l’idee, he?), tout en analysant prudemment ce que vous dises les autres pour le comparer a ce que vous voyez chez les pros. Parfois des mauvaises idees s’installent, mais l’examen soigneux de parties pro eliminent tout truc nuisible a la longue !

Maintenant, un truc plus dur : “comment” apprendre des pros? En regardent les pros directement, ou par le biais de joueurs moins bons qui commentent le jeu desdits pros? C’est une question dangereuse, dans la mesure ou il est tres tentant d’apprendre de quelqu’un qui parle anglais. L’apprentissage depuis une source peu sure et de seconde main est un gros probleme chez beaucoup de joueurs nouveux parce que la plupart d’entre eux preferent la voie facile : apprendre avec une personne pour la seule raison qu’elle parle anglais plutot que de tenter d’apprendre d’eux-memes en regardant des games pro.

Le probleme avec ce scenario est double. Premierement, vous ne savez pas si votre source est valide et dans la plupart des cas, son exactitude laisse terriblement a desirer. Ils ont ptet raison sur certains points, et probablement faux sur beaucoup d’autres. Beaucoup de gens commencent des posts d’aide par “J’aimerais de l’aide pour gagner avec ce build que m’a montre un foreigner”, sans meme se demander si le build lui meme n’est pas le probleme. Apres ils finissent par mixer des enseignements venant de la source originale (le pro) et la source qui explique ce que fait le po, et finissent par supposer que la personne qui leur dit quoi faire est correcte et que son avis doit etre suivi. Malheureusement le niveau general de connaissances est faible et le fait que recuperer des builds ou des idees/avis d’une source de seconde main va presque toujours causer une grosse chute en matiere d’exactitude.

Deuxiemement, cette situation implique un refus d’etuder les games pro. Pour une raison inconnue il y a une forte raison a l’etude massive et meticuleuse de games pro, et il semble que beaucoup feraient n’importe quoi pour ne pas avoir a le faire, (Pas sur du sens ici) Que ca soit/A part regarder des vod a la premiere personne, jouer des games en masse, ou observer des replays de foreigners. Mais soyons clair, si quelqu’un veut devenir tres bon ou s’ameliorer rapidement, il n’y a aucun substitut au fait d’etudier des games pro, absolument aucun. Ca ne change rien que votre coach soit iloveoov (Un excellent joueur/coach d’equipe sur BW") ou un type random, vous devez etudier des games pro en masse. Il n’y a aucun equivalent en matiere d’exactitude ou d’apport de connaissance. J’ai coache pas loin d’un douzaine de personnes pour le fun et sans exception ceux qui s’amelioraient le plus vite etaient ceux qui faisaient l’effort de regarder des games pro avant tout. Ces personnes comprennent les concepts beaucoup plus vite et peuvent reconnaitre des schemas/la logique (genre dans les builds ou le plan de jeu) en les voyant juste une ou deux fois. Les autres qui n’etudient pas de games pro (ou tres peu) percutent un mur apres l’autre. Quelque soit les solutions qui leur sont offertes, ils continuent a trouver un souci qui les bloque parce qu’ils n’ont pas correctement integres la logique a avoir.

Principaux problemes d’apprentissage, et solutions
Il y a deux obstacles principaux avec l’approche “les pro par dessus tout”. La premiere est que que elimine une grosse partie du gameplay auquel les joueurs de bas niveau vont etre plus exposes. C’est tout simplement du au fait que les pro n’utilisent jamais quelque chose qui ne marche pas pendant longtemps, supprimant ainsi la plupart voir tout les exemples permettant de voir comment jouer contre ce genre de chose. Un exemple est le bio sur une base en TvZ, une pietre strategie, mais quelque chose contre lequel un zerg debutant aura des soucis car il n’y a pas d’exemple trouvable sur comment combattre ca. A moins qu’ils ne tombent sur Leta vs Jaedong sur Chupung Ryeong, ou une autre tete d’epingle dans la meule de foin, ils n’ont simplement pas de recours vu que la plupart des games montrant comment gagner contre ca ne seront pas trouvables en ligne (entrainements internes ou trop vieilles et plus dispo). Le probleme aussi est qu’il peut etre dur pour un debutant de comprendre ce qui se passe dans une game pro, ou les capacites des joueurs et du jeu sont poussees a leur limite, tandis que c’est totalement l’inverse dans leurs propres parties.

Le premier probleme n’a helas pas de de solution optimale et represente le defaut principal de cette methode. Perdre contre des trucs idiots arrivera et vous pouvez arrivez a un stade ou vous battez un bon joueur qui joue “correctement” mais perdez contre un mauvais utilisant des strategies inferieures. Cette situation etrange se produit car vous avez une forte periode de croissance en apprenant rigoureusement les bonnes choses

…Celles que montrent les pro, au lieu d’apprendre de facon plus lente mais plus fluide par l’experimentation autonome et l’erreur. Ca fait que l’on arrive a un stade ou on a un “trou” dans notre connaissance du jeu : on sait quoi faire mais pas pourquoi, ce qui fait que l’on ne peut pas savoir comment faire dans ce genre de cas contre des strategies inferieures sans exemple pro. Chercher des explications aide evidemment car la precision de problemes resolus sera meilleure que celles de ceux qui ne le sont pas, mais ca peut ne pas etre suffisant. Si vous avez les competences necessaires pour jouer les autres races, jouer de l’autre cote aide enormement. Tentez de jouer du bio sur 1 base contre plein de zergs et voyez ce qui arrive. Ca aide enormement de voir/ressentir (et pas seulement lire) la situation depuis d’autres points de vue. Dans tout les cas, c’est un probleme qui disparaitra avec l’experience et la comprehension du jeu, mais ca sera une etape douloureuse.

Le pire avec le second problème, c’est que, a cause de la nature de l’apprentissage, les débuts sont toujours lents et offrent peu de résultats. Un étudiant qui débute tout juste ne peut tout simplement pas comprendre de facon efficace la nature de ce qu’il voit car il n’a pas le schéma de réflexion adapté : pour lui, une game de SC, en particulier avec des pro, ne sera qu’une série d’actions aux raisons obscures. Ils ne peuvent pas comprendre leurs propres parties, alors comment comprendre une jouée a un niveau considérablement plus élevé ? La faible croissance que l’on constate pendant cett période peut conduire a du découragement et représente un obstacle majeur pour beaucoup de gens : l’incapacité a établir les schémas de réflexion adaptés est la raison pour laquelle peu de joueurs peuvent dépasser le niveau d/d+ sur iccup (Un des ladder “perso” dispo sur BW, A étant le meilleur niveau; et d le dernier il me semble).

Ces schémas de réflexion sont au final des structures rassemblant et reliant toutes les idées sur le sujet. On ne peut pas y arriver avant, au moins de facon basique, de réussir a incorporer tout les schémas qui gouvernent le sujet en question. Par exemple, montrez un TvP standard de haut niveau a un pro et il pourra sans le moindre effort déterminer la position de chaque joueur a n’importe quel instant, prédire les opportunités de chacun, quand et comment, et repérer les options que chacun a… entre autres choses. Leur esprit a déja construit et intégré un modèle précis adapté a la partie qu’ils évaluent et même si chaque partie est unique, leurs capacités de compréhension et leurs schémas de raisonnement leur permettent de les analyser comme si ils avaient déja vu ce cas la encore et encore. D’un autre coté ,prenez le même joueur et montrer lui un scénario absolument impossible, comme par exemple un TvT ou chacun commence avec 30 vcs et un BC, et la capacité a juger la partie diminue drastiquement.

Une des étapes les plus importantes que je me suis imposé lors de cette période fut de trouver tout les exemples possibles ou un bon joueur écrasait quelqu’un de bien moins bien. Les parties entre pro de nouveaux équivalents étaient bonnes, mais ce qui aidait était de voir la différence entre différents niveaux de compétences. Des replays issues des WCG, de tournois avec peu de pro, ou de ladder, voir même lors des compétitions de très haut niveau ou un pro en écrasait un autre plus faible étaient tous de superbes supports d’apprentissages.

Lorsque vous analysez en profondeur une partie, il est crucial de pauser régulierement et de réfléchir, de se poser des questions : “Qu’est-ce que je ferais a ce moment la? Pourquoi est-ce que lui fait ceci ou cela a la place ? Quel est l’objectif cette action?”. Comparez activement vos actions et vos réactions a celles du pro. Outre l’interet évident d’étudier des parties de haut niveau, le simple fait de regarder un très grand nombre servira a établir les schémas de réflexion nécessaires de façon subconsciente. Bien sur la qualité des joueurs observés importent : une partie de Flash (Dieu) sera bien plus précieuse et instructive que 10 de Leta (* très loin de Dieu *).

L’étude de ces parties doit être couplée avec la recherche d’explications SOLIDES de divers scénarios possibles en jeu. Comme dit précédemment, il est important de tenir compte de chaque explication fournie par une source moins réputée (=non pro) avec BEAUCOUP De prudence. Cherchez-les, apprenez ce que vous pouvez, mais n’en faites pas l’essentiel de vos connaissances. Au contraire, utilisez-les pour combler les trous ou vous donner des idées de ce qu’il faut chercher. Penser activement à ces explications et ne les acceptez pas “comme ca” ! Au contraire, essayez de les associer à des parties pro et faites vos propres conclusions.

Le type d’explication que vous demandez est également très important. Un joueur avec de bonnes bases pourra déja poser de bonnes questions. Par exemple , quel sont les ouvertures valides contre un nexus first en TvP ? Par contre, un joueur qui n’a pas ces bases ne sera pas capable utiliser cette information a part pour choisir un opening sans réfléchir, alors qu’il devrait se demander pourquoi certaines choses fonctionnent ou non. Il doit comprendre que la raison pour laquelle un 2 facto rush (build comparable au 2 rax marauder/marine rush de WoL) ne fonctionnera pas contre un nexus first est que ce build est concu pour attaquer a un timing ou le protoss a coupé sa prod d’unités pour expand, mais avec un Nexus first, le protoss aura déja son nexus, et donc, au lieu d’avoir une économie plus faible et moins d’unités au moment ou le 2 facto arrive, aura plus d’unités, plus de gates, et une meilleure tech, car le sacrifice fait pour avoir ce nexus très tôt aura déja été compensé. Bien sur c’est au joueur lui-même de poser les bonnes questions au lieu de venir dire “HELP” ou “G FAI KOI DE MAL” (Ca, c’est spécifique a la traduction :smiley:), il n’est pas vraiment nécessaire de dire que les bonnes questions ne sont pratiquement jamais demandées.

Une dernière source d’explications, et la meilleure d’entre toutes, c’est les pro eux-mêmes. Il faut un peu plus de recherche pour ca car la plupart des interviews ne sont pas centrées la dessus, mais de temps a autre vous trouverez de vrais mines d’or !

4) “je sais ce que je dois faire, je n’arrive juste pas a le faire” (*La version classe du “je suis trop fort, c’est juste que j’ai la flemme mais si je jouais sérieusement je serais en code S”)
Plus on comprend une activité complexe, plus on réalise a quel point il faut progresser pour y arriver. Starcraft n’est pas une exception, et pourtant il y a des joueurs qui pensent qu’ils comprennent le jeu comme Flash mais ne sont juste pas aussi rapides avec leurs doigts que lui. Au début Starcraft peut avoir l’air très simple et cela conduit des joueurs a développer des idées fausses et idiotes qui ne font que les limiter.

Il y a d’énormes différences entre les connaissances des top monde et de ceux qui sont juste en dessous, et ces différences sont tout aussi larges que celles de tout les autres skills. Starcraft est tout simplement très complexe et une partie de cette connaissance ne peut être obtenue qu’en y jouant encore et encore. Dernièrement, il y une différence significative entre comprendre une idée et l’amener a un point ou vous pouvez utiliser cette connaissance de facon instantanément dans une situation pratique, et éventuellement inédite. Chaque bon joueur a les mécaniques ET la compréhension, mais celui qui se plaint de sa vitesse faible n’aura pas non plus l’autre :wink:

5) “Je veux etre different des autres”
Vous ne voulez pas être comme tout le monde, copiant des builds standards. Vous voulez être créatifs, pas un de ces basiques macrobots. Il n’y a rien d’anormal avec ce genre de pensée ou de vouloir baser son jeu la dessus, je suis pareil. Le problème est la facon dont vous le faites. Faites-vous quelque chose de différent uste pour être différent ? u faites-vous quelque chose de différent car c’est quelque chose qui marche ? Une bonne approche originale sera bien évidemment mieux que quelque chose de force égale mais connue. Cependant, être différent juste pour être différent est un objectif sans valeur. Afin de ne pas rester coincé la dedans vous devez comprendre que ce qui est bien fini généralement par devenir le standard : le seul cas ou ca n’arrive pas, c’est si c’est trop compliqué à comprendre ou pas utilisé fréquement dans des parties populaires. Donc, afin de trouver quelque chose ayant une quelconque valeur mais qui n’est pas standard, il faut trouver quelque chose de si complexe que peu de gens s’y intéresseraient, ou quelque chose dans un match peu observé que personne n’aura vu.

C’est très (trop) commun de voir un grand nombre de joueurs utilisant des stratégies tout simplement nulles ou qui ne marchent pas du tout. Ces joueurs tentent en permanence de prendre un chemin impossible a suivre, et pourtant ils sont plus plus communs que ceux qui se basent sur des concepts solides.

Un autre problème est que de nombreux joueurs tentent d’innover en pensant qu’ils ne peuvent pas faire les builds des pro, ou qu’ils ne veulent pas copier les builds de quelqu’un d’autre et qu’ils peuvent faire des builds tout aussi bien, voir meilleurs. Heureusement pour les premiers, ce n’est pas réellement vrai : il y a des builds très complexes, mais la plupart sont satisfaisants a tout les niveaux, ne désespérez donc pas en pensant que les builds pro sont hors de votre portée : utilisez comme exemples, comme ligne de conduite a respecter sur le jeu.

Malheureusement pour ceux qui veulent être unique, créer des stratégies valides sur Starcraft, et ce depuis 2000, requiert des connaissances gigantesques que peu de joueurs dans le monde possèdent. Tristement, cette liste ne vous inclura pas, vous ou quelqu’un lisant ceci…

Même chez les pro il y en a peu qui possèdent le niveau de connaissance requis pour créer des strats révolutionnaires, et les autres se contentent de les copier. C’est tout simplement une bonne facon de montrer a quelle point SC est comlexe (ainsi que les résultats de l’entrainement de PGM). Ces difficultés a créer sont augmentées par la difficulté à tester ces choses contre des adversaires très très bons, rendant la création de trucs originaux virtuellement impossibles, en particulier à cette age avancé du jeu.

Les strategies peu connues
La seule facon réaliste d’éviter ca, est de se concentrer sur des stratégies légitimes mais peu communes ou tombées dans l’oubli. Par exemple, je suis tombé sur un TvP de 2006 entre Boxer et Nal_ra, ou le premier a ouvert sur 1 usine / vulture (le hellion en mieux) + mines avant de double exand contre un nexus first, grace a la protection des mines, afin d’obtenir un fort avantage économique et d’achever facilement son adversaire. Une recherche plus poussée a permis de trouver une autre occurrence de ce build, par Light contre Janbi dans une VOD, et une autre dans un replay d’iccup. De facon incroyable, il m’a été impossible de trouver d’autres exemples alors que pourtant cette stratégie est tout a fait logique et semble prometteuse. Une analyse des trois parties m’a permis de trouver une transition très efficace avec un allin sur 3 bases, et a partir de la je me suis trouvé très avantagé contre certains des open les plus durs que l’on peut affronter en terran. Avais-je la capacité de créer cette stratégie? Non. Mais j’en ai reconnu la valeur la ou d’autres ne l’ont pas fait pour une raison ou un autre. Et 4 ans après sa création, MVP l’a ressorti pour écraser Best et Stork, deux joueurs bien meilleurs que lui. Peut-être que ca va devenir populaire, peut-être que non, mais cette précieuse gemme est toujours la :wink:

Un autre exemple, mais de quelque chose qui est devenu populaire, est la stratégie dominante en ZvP de 2009 : la transition mutalisk après le 5 hatch hydra. Cette stratégie est devenue très commune après le Jaedong/Bisu en Proleague en Décembre 2008, mais devinez quand cette strat est apparue ? Janvier/Février 2008, peut-être même avant. Jaedong et Savior l’ont utilisés tout les deux pendant cette péiode, quoique rarement. Jaedong l’a utilisé quelques fois contre des joueurs plus faibles, puis l’a totalement utilisé (a part une partie en Juillet) jusqu’a ce très important match de Décembre. Savior l’a utilisé dans la plupart de ces matchs, mais il n’a eu aucun ZvP contre de bons adversaires, et donc toutes ces parties n’étaient tout simplement pas remarquées ou exploitées.

Si quelqu’un avait la connaissance et la clairvoyance d’examiner ces parties et de ce dire “CA, ca va bouleverser l’équilibrage du ZvP”, ils auraient eu un avantage considérable dans le ZvP qu’importe le niveau de l’adversaire. Jaedong lui même n’a pas réalisé la puissance de sa création avant presque une année entière.

Une bonne source pour ce genre d’idées, au moins pour les terrans, n’est rien que moins que les terrans de SKT1 (N1 en Corée pendant longtemps, team de Flash aka God). Leurs strat sont peu utilisées par d’autres joueurs ,Light étant encore une fois la grande exception, mais elles sont très efficaces et ont propulsés des joueurs comme Fantasy ou Canata a des hauteurs qu’ils n’auraient jamais atteints autrement. Savior est une référence pour les zergs, y compris en dehors de la strat ZvP muta ci-dessus : certaines de ses games ont montrés les prémices du jeu anti*mech, et entre autre il a montré un très prometteur 2 hatch eco lurker contre Sea en 2008.

Au final, le mieux pour trouver ce genre de choses est d’examiner le jeu des anciens champions. Il ya beaucoup de terrain inconnu a explorer ,et de facon réaliste beaucoup ne regarderont jamais en arrière pour trouver des idées vu qu’ils partiront du principe que tout a été appris et amélioré encore et encore. Ceci est tout a fait faux, ce que vous devez faire est de chercher de grands joueurs dont le succès n’est pas vraiment expliqué. Par exemple, Iloveoov, d’après l’avis commun, fut le 2Ieme meilleur joueur grace a sa macro excellente. C’est un non sens complet car la macro est le skill le plus simple a maitriser et a peu près tout les joueurs pro après Nada avaient une excellente macro. Dans le jeu de oov’, il y a une mine d’or d’idées inexploitées par les joueurs modernes, et ignorées pendant des années. De facon similaire, peut-on expliquer le succès de July uniquement par sa micro et son agressivité ? Est-ce que Nada était simplement un excellent multitasker ? Quelles grandes idées de rA ont pu rester cachées ?

Est-ce facile ou même pratique de trouver ce genre de chose? Non, pas du tout. Mais c’est possible, et clairement plus simple que de créer quelque chose de bien de 0. Beaucoup d’idées mettent du temps à obtenir de l’attention et de l’approbation, et certaines n’y arrivent jamais. Si vous voulez être différent tout en étant viable, ce genre de parties peu connues est exactement ce que vous voulez.

6) Le mental
La plupart des gens ne parlent pas et ne réfléchissent pas à leur attitude IG, mais c’est pourtant une compétence critique qui manque à beaucoup. L’attitude en question est simple à voir lorsqu’on la pointe du doigt, mais l’appliquer est quelque chose de totalement différent. En particulier, beaucoup de gens considérent que ne c’est pas un aspect important sur lequel se concentrer, ou ne se demandent même pas quelle est la bonne attitude. Le fait de simplement savoir ce qu’est une attitude optimale peut aider énormément et ouvrir de nombreuses portes, permettant d’obtenir de nombreux bénéfice à long terme. Le chemin pour y arriver est long et compliqué, mais simplement connaitre la destination que l’on vise vous permettra au moins d’aller dans la bonne direction.

L’entrée en profondeur dans le sujet est loin du domaine visé par cet article. Plutôt que de tenter d’en discuter de façon incomplète, voici deux très bonnes citations de champions dans différents domaines qui permettent de comprendre quelle est l’état d’esprit adopté par les meilleurs. Comprendre cet état d’esprit est très important, et aide énormément à atteindre vos objectifs dans ce domaine, plus que n’importe quoi d’autre.

“Quand vous jouez, vous devez commencer avoir la volonté de transformer la partie en viol”
-iloveoov (Excellent joueur de Starcraft Broodwar, reconnu pour ses stratégies et tactiques très évoluées et puissantes)

“La moindre pensée négative est ce qui vous fait prendre un coup dans la tête”
-Ray Mancini, champion du monde de boxe

7) Strategies contre Mecaniques?

Probablement une des questions les plus populaires posées par les nouveaux joueurs qui veulent savoir vers quoi tourner leur attention en priorité : sur la stratégie, ou sur les mécaniques de jeux. Malheureusement cette question est basée sur l’idée fausse que les mécaniques et la stratégie (ou plus exactement dans ce contexte, la connaissance du jeu) sont deux skills tout a fait distincts qui n’ont aucun rapport. La bonne réponse est “les deux”. Plus exactement, le temps que vous passerez à vous améliorer doit être équilibrer entre la théorie et la pratique. Les mécaniques et la connaissance du jeu sont liées et ne peuvent pas être séparées entièrement et pratiquées distinctement. Donc, il vaut mieux les travailler de façon conjointe, en passant par les deux domaines :

  1. La théorie est divisée entre l’obtention de nouvelles connaissances via l’étude des parties professionnelles, et entre l’analyse de vos propres parties pour raffiner votre jeu.
  2. La pratique, c’est à la fois la pratique contre des adversaires humains, mais également la pratique en solo afin de pratiquer les skills basiques (macro, par exemple), et celle-ci doit être faite de façon régulière et avant tout changement stratégie majeur.
    Il est important de noter que pousser trop loin dans une direction ou dans l’autre ne peut qu’amener à une réduction des résultats. L’enchainement bête et méchant de parties sans réfléchir ou sans étudier de games pro amène à la stagnation , ou pire, l’apprentissage de mauvaises choses. De même, ce n’est pas important d’avoir une compréhension du jeu meilleure que celle de Flash ou d’iloveoov si vous ne jouez pas assez pour réussir à exécuter correctement vos stratégies. Certes, l’équilibrage de ces deux domaines peut être facultatif pour certains naturellement doués dans l’un ou l’autre, mais pour le reste d’entre nous, cette optimisation est un facteur clé pour un apprentissage efficace.

Le raisonnement derrière cette approche est que les mécaniques vont s’améliorer naturellement, a la fois lorsque vous apprendrez mieux la stratégie que vous utilisez, et lorsque vous acquérez assez d’expérience pour l’éxécuter inconsciemment. De même pour la connaissance du jeu en général, il y a une différence gigantesque entre connaître le concept de façon à pouvoir en parler, et le connaître en profondeur, de façon à ce que quand vous soyez dans la situation concernée, la réaction adaptée soit instantanée, et faite automatiquement.

Partie 2 : Les skillZ (Avec un Z, ca sonne mieux imo)

La section qui suit va examiner les skills primaires de Starcraft de façon individuelle. Le but ici est de comprendre chaque skill et de voir de quelles façons il peut être améliorer.

8) La micro
Qu’est-ce qu’avoir une bonne micro veut dire? Si vous regardez la micro des muta de Jaedong, certaines choses viennent à l’esprit. Tout d’abord, ses clics sont mortellement précis et constants, il ne missclick a peu près jamais (perdant un paquet de muta en conséquence) (Bien fait, salow de zerg). Tout aussi important, il sait exactement sur quoi cliquer et quand.

Pour finir, il est particulièrement adepte de la prédiction de ce que ses adversaires prévoient (Hell yeah), et sait réagir de façon appropriée à ca. Par exemple, si il pense que les marines adverses vont avancer et tenter de snipe une muta, il va tirer plus tôt qu’il ne le ferait dans d’autres conditions et se repliera rapidement avant que les marines ne soient à portée. Si il pense que l’adversaire va reculer, il va charger et tenter de sniper un marine en train de fuir. A cause de cet aspect de “mind-game” (en gros, le fait de réfléchir mieux de l’adversaire, de prévoir ses actions), la micro est le plus unique de tout ces skills mécaniques.

Pour le joueur moyen, jouer un peu sans buts ne va pas améliorer la micro plus que ca. Lorsqu’il faut micro, vos mains doivent être capables de faire de façon automatique le bon geste de façon instantané et fluide. Lorsque ces 12 lurkers (Une unité zerg de Broodwar, qui fait des AOE trés violentes en s’enterrant… sur le principe ca marche avec des banelings qui vous chargent aussi :smiley:) s’enterrent devant vous, vos mains doivent déja être en train d’attraper vos marines, de les stim, et de les faire se disperser avant même que vous ne vous rendiez consciemment compte de la situation et que vous ne preniez une décision. Si vous devez vous arrêter et penser "OH MON DIEU IL ENTERRE SES LURKERS, je devrais me tailler loin d’ici, c’est déja trop tard. C’est un exemple simple, et cette réaction peut être obtenue juste par la pratique, mais il y en a des bien plus complexes que vous pouvez résoudre bien plus facilement en regardant les pro et en appliquant ce que vous en apprendrez.

Ce n’est pas suffisant de connaître l’information pour être capable de répondre à une question sur le sujet. Vous devez la connaître de façon inconsciente de façon à ce que quand vous serez dans cette situation, cette réponse soit la bonne, et la seule action à faire. Cela signifie que vous devez étudier un grand nombre de parties pro avec une excellente micro des muta afin d’être à l’aise avec la façon dont ils le font. Vous devez savoir quand X muta peuvent massacrer Y marines, quelque soit l’angle d’attaque, suivant le placement des marines, quand X muta vont massacrer Y tourelles, quand il va faut choisir de cibler les marines ou les scv, etc, etc… En résumé, vous devez augmenter votre niveau de connaissance de façon à pouvoir vous adapter à n’importe quelle situation nouvelle aussitôt qu’elle se présente, et pas uniquement pour mémoriser des situations connues. Regarder des VOD à la première personne de progamers (maintenant, les streams aident) aide énormément à ce niveau la, parce que vous pourrez voir exactement ce qu’ils font et la façon dont ils le font, en particulier dans les situations ou les informations sont limitées.

Et bien sur, vous devez être capable de faire tout ça vous même. Etudier des parties pro est une raccourci pour apprendre les actions les plus efficaces dans toutes les situations. En comprenant les meilleures décisions à faire lorsque vous micro’ez, vous pouvez vous éviter pas mal de pertes de temps, en pratiquant de la bonne façon dès le départ. Cela rend également bien plus simple de regarder des parties et de penser à comment est-ce qu’ils auraient pu mieux micro telle ou telle fight en particulier parce que vous aurez de bonnes chances de le savoir vous-même.

Savoir quoi faire et comment sont deux choses qui viennent ensembles. Il n’y a pas l’un sans l’autre.

La micro requiert :

  1. Vous devez savoir comment réagir dans toutes les situations (obtenu via l’étude des games pro)
  2. Vous devez être capable de faire les bonnes actions lorsque nécessaire (obtenu par la pratique)
  3. Vous devez être capable de faire les bonnes actions de façon constante et régulière (pratique)
  4. Vous devez être capable de prédire les actions adversaires et d’y réagir de façon correcte (étude/pratique/réflexion)

9) La macro

Avoir une bonne macro est de loin le plus important et le plus simpe skill mécanique à maitriser, de loin, et lorsque vous observez le top, il y a peu de distinction d’un joueur à l’autre en terme de macro. Au plus bas niveau, vous pouvez aller trèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèès loin en ayant simplement un bon build order et une macro solide. De la même façon, quelque soit le niveau de vos autres skills, vous ne pourrez jamais aller ou que ce soit sans une macro solide.

De nombreux posters viennent dans le forum stratégie (*De teamliquid, ou depuis Broodwar de nombreux joueurs de haut niveau viennent répondre aux questions) et disent directement “Je sais que j’ai mal macro, mais à part ça quel est le souci?”. Et bien, le souci est que justement, c’est CA le problème : se préoccuper d’autres choses que leur mauvaise macro. Pour n’importe qui souhaitant augmenter rapidement son niveau, faire passer la macro avant tout est le mieux à faire, à tel point qu’il est inconcevable quelque chose d’autre que la macro soit travaillé en premier. Maintenant que l’importance de la macro est claire, qu’est-ce que ca requiert?

Tout simplement la macro requiert de savoir exactement ce que vous devez faire et de vous le mettre bien dans le crâne de façon à toujours le faire de façon subconsciente. C’est ‘juste’ ça. Ca a plusieurs conséquences.

Tout d’abord, un build à la fois. Jusqu’a ce que vous puissiez avoir un build appris entièrement et maitrisé, ne vous préoccupez pas d’autre chose, ca ne rendra que le résultat pire. Il est donc très important de choisir un bon build à reproduire. C’est pour ca qu’il y a une section avec des parties recommandées à la fin du guide. (Bon, pas sur que je fasse une compilation de bons builds sur sc2 avec replays et tout. Faut creuser les compéts pour ca :stuck_out_tongue:)

Secundo, vous devez devenir très familier avec ce build en étudiant des parties pro. Cela pour être difficile au départ pour des nouveaux joueurs de tout comprendre, donc en plus de regarder des vod/replays, ca vaut le coup de rechercher dans le forum stratégie des posts sur le build en question, ainsi que de regarder par exemple les vidéos de day9 pour voir si il a couvert ce build. Il n’y a rien de mauvais dans le fait de poser une question comme “Quel est le but de ce build, pourquoi vouloir faire ce bâtiment ou cette upgrade à ce timing?” dans le forum Stratégie. C’est une façon bien plus intéressante d’occuper le temps des gens que la très populaire “G Fé koi de mal la? O é Xkuzé, ma macro je C kel é nul” (En fran…euh, Kikoolol dans le texte). Dans le premier cas, le joueur va apprendre quelque choe dont il a besoin e qu’il peut appliquer, dans le second il va simplement perdre du temps en se concentrant sur des détails peu importants.

Pour finir, vous devez devenir efficace avec ce build. C’est tout simplement une question de réfléchir constamment à ce que vous devez faire encore et encore et encore et le faire en partie solo. La première étape est d’arriver à une production constante de workers ou un usage constant de vos larves. Si vos CC ne sont pas en train de bosser 95% du temps, quelque chose ne va pas du tout. Une fois que c’est fait, le build va commencer à devenir à peu près fluide dès que vous serez capable de dépenser toutes les ressources qui rentrent aux bons moments, et pour les bonnes choses. A partir de la, vous aurez principalement à vous concentrer sur une utilisation constante de vos bâtiments de production, ainsi que sur l’anticipation de la construction de vos supply dépôts aux bons moments.

Une fois que votre build sera intégré dans votre subconscient, une fois que vous serez entrainés pour appuyer sur les bonnes touches aux bons moments toutes les X secondes pour assurer votre production, une fois que vous ferez des dépôts aux bons moments, vous serez prêts. C’est assez idiot d’ailleurs : la macro est le truc le plus important à améliorer, et le plus simple Et pourtant il y a énormément de joueurs qui sont incapables de macro correctement mais font le reste de façon presque potable. Tout ceux de ce groupe : réjouissez-vous, car vous pouvez améliorer votre niveau plus vite que tout les autres. Pratiquer juste votre macro, encore et encore. Si votre macro n’est pas proche de la perfection, comment est-ce possible de se préoccuper d’autre chose?

La macro requiert :

  1. La compréhension de votre build , et du plan de jeu autour (étude!)
  2. La répétition du build encore et encore (Pratique en solo)
  3. Répétition du build sous la pression (expérience!)

10) Le multitask
Le multitask est très similaire à la macro : évidemment, puisque le multitask à son niveau le plus primaire est la capacité de macro et de faire autre chose en même temps. La macro est le plus important et a toujours la priorité.

Pour clarifier, le multitask, ce n’est pas “faire deux choses à la fois”. L’objectif du multitask est d’éliminer toute action inutile et se concentrer sur les actions les plus importantes aux bons moments. Une des habitudes les plus courantes des nouveaux joueurs est de toujours se concentrer sur un combat, même quand il n’y a rien à y faire. Par contre les joueurs de plus haut niveau se préoccuperont rarement des combats à moins qu’il n’y ait une action important à faire, comme des EMP : ils seront en train d’expand, de macro, or d’envoyer des renforts car les bénéfices de ces actions seront bien plus importants que les avantages mineurs obtenues par une micro permanente ou l’observation inactive du combat lorsque l’attention n’est pas requise ici. (un peu moins vrai dans sc2, les combats étant beaucoup plus rapides et la macro moins dur’, mais reste vrai globalement, surtout à bas niveau)

La répétition subconsciente est la clé amenant à l’amélioration du multitask, pas seulement par l’apprentissage de ce qu’il faut faire de façon subconsciente, mais également par le fait de le faire, encore et encore et encore. C’est au final assez facile d’arriver à être satisfait de sa vitesse lorsqu’on pratique énormément ; afin de continuer à améliorer son multitask, il faut continuer à jouer contre des joueurs meilleurs que soi, qui vous poussent dans vos retranchements, vous forcent à lutter pour ne serait-ce que rester en vie.

Mais il y a un autre élément important dans le multitask : la conscience, l’attention de ce qu’il se passe. Les meilleurs joueurs passent pas mal de temps à se concentrer sur la minimap afin de pouvoir réagir instantanément si quoi que ce soit entre dans leur vision. Avant même que ce reaver n’atterrisse (Unité de Broodwar avec des AOE énormes. Un équivalent en matière de dévastation sur sc2? Un drop mine), les vcs sont en train de fuir, et les unités de combat arrivent pour défendre. C’est un des réflexes les plus durs à intégrer car il est compliqué de savoir comment réagir, ou même simplement d’identifier la situation lorsqu’un point rouge entre dans votre vision. La conscience de la minimap s’améliore énormément en prenant l’habitude de jeter un coup d’oeil à la minimap de façon consciencieuse même lorsque rien ne se passe, de façon à un faire un procédé subconscient.

La vitesse d’exécution

L’un des éléments les plus importants du multitask est la vitesse d’exécution. La vitesse d’exécution est un facteur qui différencie considérablement les pro des amateurs, ou simplement ceux ayant des différences de niveaux minimes, et pourtant c’est quelque chose de très peu évoqué. Le mieux pour comprendre le concept est d’en faire une petite démonstration. Prenant par exemple un TvZ en milieu/fin de partie, lorsque le swarm (Dark Swarm, un sort zerg de broodwar permettant d’empêcher les unités se trouvant dans le nuage lancé de subir des dégats à distance) est disponible et que le zerg cherche à sécuriser son 4ième gaz (Dans Broodwar, un gaz / base, les rendant vitaux à sécuriser pour aborder le lategame pour toutes les races). Pendant cette période, une des approches du Terran est de mettre la pression au zerg pour que celui-ci fasse une erreur ou laisse une ouverture exploitable. Si le terran échoue à causer des dégats avant que le zerg puisse pomper son ling/ultra sur 4 gaz, le terran finit par avoir un désavantage sévère. Donc, celui-ci va chercher à essayer plusieurs options, cherchant à lancer des Irradiate (Sort de Broodwar, dispo sur l’équivalent du Raven : celui-ci place un nuage sur la cible infligeant des dégats à celle-ci et aux unités proches, le but étant de le lancer sur les ultra et autres unités importantes pour les tuer/affaiblir avant le début d’un côté, et éventuellement gratter quelques dégats sur les unités proches), à tuer des défenses statiques mal placées, des unités isolées, à trouver une bonne position pour se retrancher tout en restant menaçant, à drop la b3 ou la base principale. Le facteur qui décide la victoire dans ce scénario est tout simplement qui est le plus rapide. (*C’est quelque chose qui s’applique merveilleusement bien au TvZ bio/mine actuelle d’ailleurs, ou le terran vise à empêcher le zerg d’avoir le gaz pour ses ultra/ son 3/3, tout forçant la création d’unités à gaz pour se défendre tôt, en bloquant son expansion, ses bases, etc… et ce par le drop, des bons placements, gratter de l’unité ça et là…)

Vous voulez une preuve ? Regardez les meilleurs spécialistes pro du TvZ , observez leurs parties dans cette phase du jeu. Dans pratiquement chacune de ces parties, vous serez incapable de trouver plus de quelques secondes (tout au plus) où leur armée ne fait rien. Un peu d’infanterie qui sera en train de couvrir des Science vessels (équivalent Raven… en mieux, lançant par exemple l’Irradiate mentionné ci-dessus) des Scourge (Des banelings…volants, utilisés pour sniper les unités clés comme les Science Vessels) (Un scénario équivalent maintenant pourrait être des muta cherchant à choper des médivacs par exemple), un autre petit groupe sera en train de détruire une base ou de forcer un Dark Swarm, mais dans tout les cas, il se passe toujours quelque chose. Surtout, l’armée terran ne s’arrête jamais de bouger, même si il n’y a pas d’attaque en cours. Au contraire, elle met la pression en bougeant constamment, rendant le zerg incertain des objectifs de son adversaire. Si le zerg ne s’adapte pas à la vitesse des mouvements de son adversaire, il laissera des ouvertures dans sa défense et il finira par être affaibli… ou vaincu. Donc, il est important de non seulement être capable de gérer des mouvements de façon constante, mais il faut en plus être prêt à réagir très rapidement lorsque le rythme de ces mouvements s’accélère drastiquement. Si c’est mal géré, notre terran peut se retrouver victime d’une douloureuse Plague (Encore un sort de Broodwar, zerg, qui en gros réduit progessivement les points de vue des unités ciblées à 1-3… pas un bon signe :smiley:), ou d’un encerclement arrivant un poil plus tôt que prévu. Si vous regardez des parties de joueurs moins bons, dans la phase de jeu définie ci-dessus, vous verrez que leur armée s’arrête souvent, ils ne vont pas tenter de menacer le zerg avec, ils ne mettront pas la pression : en fait, leurs armées ne font souvent. rien. Si on oublie les pro un moment, ça ne semble pas si anormal, mais la différence entre une armée immobile au milieu de la carte, et une armée approchant de sa position avec un air agressif et en vociférant est assez considérable pour l’adversaire. Si vous mettiez cet amateur plus lent contre un pro, le pro gagnerait, en ignorant tout autre skill, simplement par sa vitesse lui permettra de frapper plus vite et souvent que ce que son adversaire peut gérer.

La vitesse d’exécution est souvent le facteur décisif de nombreuses défaites attribuées pourtant à d’autres choses. Pensez à cette défaite où le facteur décisif fut ce Dark Swarm (cf au dessus) bloquant votre attaque à la dernière seconde, cette armée terran qui charge et EMP vos unités clés un instant avant que vous ne soyez prêt, ou cette force protoss sortant du brouillard de guerre et massacrant vos unités avant qu’elles ne soient bien placées pour le combat. Une fois que vous serez à un niveau (pas si élevé) où tout le monde a une bonne macro, une micro solide, et une bonne attention à ce ui se passe sur la carte, la vitesse d’exécution est la mécanique principale différencier les bons, des excellents.

L’amélioration de cette très importante caractéristique va être progressive, et très souvent sera tu bêtement un résultat de l’amélioration de vos autres compétences. Pratiquer en se concentrant sur les mouvements toujours plus rapides de votre armée va évidemment vous aider sur ce point, mais cependant ça ne suffira pas tout seul ! Afin d’augmenter la vitesse et l’efficacité de vos assauts, vous devez avoir la connaissance du mouvement, d’où est-ce que vous devez bouger, et quand, et tout ça de façon inconsciente. Ça vient (encore une fois) de l’étude des parties pro et de votre propre expérience.

Pour finir, une approche qui peut énormément aider, est de regarder l’autre point de vue. Un Terran faisant un peu de ZvT par exemple pourra constater de façon très claire l’importance de la vitesse d’exécution et de réaction des deux côtés du matchup. Vous perdrez très souvent sur cette petite force d’infanterie frappant juste avant que vos défenses soient prêtes, ou cette force de lurker (Comme dit avant ,unité zerg enterrée faisant des AOE, massacrant les marines :smiley:)/lings massacrant votre seconde base alors que vous tentez d’accumuler une armée suffisante. Une expérience encore meilleure que vous pouvez tenter sur le sujet est, à défaut de jouer contre un joueur bien meilleur, de jouer contre une équipe de deux joueurs ayant chacun un rôle différent. Si l’un deux ne fait que contrôler l’armée, les bénéfices seront évidents vu que toute la vitesse de cette personne sera concentrée là dessus, par rapport à vous devant gérer ‘le reste’.

Comme vous pouvez le voir, tout les aspects mécaniques requiert à la fois de savoir ce qu’il faut faire, et de réussir à le faire. L’un est une connaissance obtenue par l’expérience et l’étude approfondie des pro, l’autre est une mécanique (destinée à être faite de façon inconsciente) obtenue uniquement par l’expérience. De toutes les compétences mécaniques, le multitask est celle dépendant le plus de la répétition et de l’expérience. Les raccourcis sont le fait de savoir quoi faire : le reste dépend uniquement de la répétition, encore et encore, des mêmes choses, et de leur…

optimisation au fur et à mesure. Le multitask requiert :

  1. la compréhension de ce que l’on fait et pourquoi (étude/expérience)
  2. Devenir familier avec chaque action au point où le procédé devien inconscient (Pratique)
  3. Optimiser chaque action afin de se concentrer sur l’important (Expérience)
  4. Devenir conscient de ce qui se passe sur la minimap (pratique/expérience)
  5. Se forcer à devenir plus rapide contre des adversaires punissant sévèrement la moindre erreur sur ce plan (pratique)
  6. Améliorer votre vitesse d’exécution (études, expérience, pratique)

11) La stratégie

La stratégie, dans ce contexte, est le plan de jeu général que l’on adopte, et l’approche que l’on choisit vis à vis de celui-ci : plus simplement , la combinaison d’un ordre de construction, avec la spécifications de certains buts. Le Centre de commandement @14 en TvZ n’est pas une stratégie : c’est une ouverture. Centre de Commandement @ 14 -> 3 rax -> Usine avec une attaque avant le T3 du zerg est une stratégie. La seule vraie méthode pour améliorer la stratégie est de mieux comprendre le jeu, ce qui en fait une compétence très théorique. En dessous se trouve deux exemples de comment travailler sa stratégie en matière de choix d’ouvertures , et de planification.

Les deux sous-ensembles de la stratégie sont :

  1. Choisir les meilleurs ordres de constructions et plans de jeu
  2. Comprendre les-dits ordres et plans

Améliorer sa stratégie est assez hasardeux. C’est quelque chose qui peut bloquer quelqu’un très très longtemps sans qu’il ne le réalise, et c’est aussi quelque chose qui peut très rapidement se lancer. Un novice total peut au final utiliser une stratégie meilleure que même certains pro pour peu qu’il tombe sur les bonnes sources à émuler. Mais bon, bien sûr ce novice peut également avoir un problème en arrivant à comprendre la stratégie, alors qu’au final cette stratégie n’est même pas adapté aux forces de ce novice. Cependant, si le novice a de la chance et tombe dès le départ sur une stratégie efficace, il va économiser beaucoup de temps en pratiquant et apprenant directement quelque chose d’excellent plutôt que de commencer sur quelque chose de minable pour finalement réaliser qu’il faut laisser tomber et partir sur quelque chose de totalement différent.

Améliorer votre ordre de construction
(on parle d’un build broodwar… Mais, ce qui est dit est vrai et retrace pas mal l’évolution des ouvertures PvT sur WoL)
Par exemple , un ordre PvT qui est très populaire chez les foreigners sur Iccup (Je vais pas répéter ce que c’est, cf plus haut, fainéant !) et dont on discute souvent sur le forum stratégie est le 2 gate -> Obs -> Double expand. Pourquoi est-ce qu’il est tant apprécié? Ca a l’air efficace contre les terrans agressifs ou all-ins, par exemple les 1-1-1 (oui oui, on voyait déjà ça à l’époque :smiley:) ou les 2 usines (Disons que ca équivaut, encore une fois, à un 2 rax maraudeur/marine de WoL) qui posent pas mal de soucis au standard 1 gate expand. Cependant tout les très bons joueurs vont diront que cette ouverture a pas mal de problèmes : elle vous met derrière en économie contre les expand rapides, et n’a pratiquement aucune transition en matière de timing attack sur 2 bases par exemple. Son seul avantage est la sécurité… mais est-ce que ça vaut réellement le coup ?

Beaucoup de joueurs ont peur du Nexus first car ils pensent de façon erronée qu’ils seront en mauvaise posture contre un bunker rush ou n’aura pas les mécaniques nécessaires pour encaisser un 2 usines ou un 1-1-1. Un Nexus first peut être dur pour les joueurs faibles à cause de ces facteurs, mais une fois que c’est géré, c’est un gigantesque bond en avant. Non seulement on a la capacité de bloquer les agressions terrans comme le 2 gate -> obs, mais en plus on évite les faiblesses mentionnées plus tôt et dispose d’un grand nombre de transitions : 2 bases reaver->carrier, b3 rapide, 2 bases arbiters, etc… (Pareil sur WoL, ou par exemple en 2011 les 2 gates->robo->expand étaient la normale vT… puis en 2012 les gens se sont améliorés et sont passés sur le 1 gate FE ou le Nexus first , offrant bien plus d’ouvertures en milieu de partie). Bien sûr le Nexus first a ses limites, par exemple si on s’en sert 10 fois de suite contre le même adversaire, on va forcément se faire BBS (Barrack Barrack Supply… sur Broodwar et au début de WoL, la caserne ne demandait pas de dépôt… :smiley:). Mais bon, comparé aux gigantesques problèmes du 2 gate obs, qui s’en préoccupe ? Le nombre de joueurs sachant contrer un Nexus first est faible, même chez les pro, et ça ne vaut pas la peine de s’en méfier spécifiquement lorsqu’on tente d’améliorer nos stratégies avec ce genre d’ouverture.

Avant que quiconque n’objecte que le Nexus first n’est qu’une ouverture, il faut réaliser que c’est une ouverture radicalement différente des autres pour les protoss car la variété de stratégies possibles en matière de transition est gigantesque. Les timings normaux peuvent être ignorés, on gagne énormément de flexibilité et peut profiter énormément de cette avantage. Cette caractéristique inhérente au Nexus first est la capacité à choisir parmi de nombreuses transitions qui ne sont normalement pas toutes possibles.

La meilleure façon, probablement, de voir quelles sont les stratégies qui valent le coup dès le départ est de est un des meilleurs de sa race dans tel ou tel matchup. Bisu, Stork, Flash, Fantasy, Jaedong, Calm, par exemple (Diverses légendes de broodwar ayant révolutionné ou un plusieurs matchups à leurs époques respectives). Regardez la liste de leurs matchs et prenez des notes générales sur ce qu’ils utilisent le plus ,et sur ce avec quoi ils gagnent le plus. Les stratégies en tête de liste dans les deux catégories sont des choix très peu risqués pour commencer. En passant par ce processus somme toute assez simple, on évite la difficulté normale de devoir trouver ça soi-même par la pratique.

Améliorer votre planification
Pour parler du domaine plus conceptuel qu’est la planification, considérons le TvZ bio dans son ensemble. La dynamique générale tourne autour du terran qui met la pression, attaque, tandis que le zerg va tenter de bloquer ses assauts. Le zerg n’aura l’initiative de façon raisonnable qu’à deux périodes de la partie : avec ses premiers mutalisks (Un peu comme dans WoL, contrairement à HotS, le zerg ne pouvait pas faire 20+ muta et passait son temps à être agressif avec, chargeant dans tout sans distinction :stuck_out_tongue:) , puis lors du lategame avec l’ultra/ling (à l’époque, l’air Zerg ne valait pas grand chose en lategame ZvT contre la bio). Même lors de ces phases, le terran pouvait gagner le contrôle de la partie avec une bonne attaque. C’est tout simplement la nature du bio TvZ.

Maintenant, regardons ce qui est une des faiblesses les plus importantes à bas niveau, et même parmi pas mal de bons joueurs : la panique. Il y a énormément de raisons pour lesquelles quelqu’un peut paniquer, mais la plupart du temps, c’est parce qu’on est sous la pression d’une attaque. Y a pas grand chose faisant autant d’effet que ces deux dropships (Médivacs) atterrissant dans votre base principale alors que votre armée est loin. Il faut énormément de ressources mentales pour réussir à gérer cette brèche dans vos défenses sans que cela affecte tout ce qui se passe ailleurs, quelque chose que beaucoup de nouveaux joueurs et pas mal même des meilleurs n’ont pas. Et ce genre de situations arrivent en permanence dans le ZvT par exemple. Les joueurs plus faibles finiront par faire de plus en plus d’erreurs sous la pression ou la menace et, quand ils en feront, elles seront de pires en pires.

Combiner tout ça et qu’est-ce qu’on obtient ? Un joueur zerg ayant en permanence du mal à gérer son ZvT. Un terran, en particulier si il croise souvent des zergs de bas niveau, peut concevoir tout un plan de jeu reposant entièrement de cette situation : il se focalisera sur l’attaque, aussi fréquente et soutenue que possible (C’est d’ailleurs la façon dont le TvZ se joue à haut niveau sur Starcraft 2 : une attaque constante du terran, pour forcer le zerg à dépenser son gaz, et lui faire faire des erreurs, surtout). Un terran de niveau moyen ou faible qui souhaite avoir les meilleurs résultats à son niveau sera très bien conseillé si on l’oriente vers un style bio agressif, semblable à des joueurs comme Iris ou Light. Jouer un style bio défensif comme Flash, ou des variantes de mech, des timing attacks de type Valkonic (Un style de broodwar, utilisant la Valkyrie, un chasseur anti-aérien faisant des dégats de zone, efficace contre les muta, et des unités bio, et eventuellement des tanks), ou un style bio -> mech ne sera tout simplement pas aussi efficace à bas niveau. Il n’y a aucun intérêt à vouloir avoir l’air brillant en utilisant ces stratégies certes valides mais beaucoup plus complexe, et ça ne vous causera que de la confusion, alors que vous pouvez vous contenter de lui rentrer dans le lard avec énormément d’unités et avoir ainsi de très bons résultats tout en amenant tout de même une amélioration sur le long terme.

On peut adapter ses priorités en se basant sur ce concept, non seulement en matière de choix d’ordre de construction et de transitions, mais également en matière de gestion du temps. Vu que tout ce qui est important est de lui envoyer des armées dans la face pour qu’il se rate, la macro et l’envoi des attaques prennent la priorité sur tout le reste. Même des unités mal (ou pas du tout) micro pourront faire le boulot parce que la pression est sur le zerg pour ce qui est de gagner un avantage de ce manque d’attentions. Ce qui est plus probable, c’est que le zerg va s’écrouler de lui-même à cause de la pression et de la menace constante avant qu’il ne soit capable d’acquérir cet avantage dû au manque d’attention du terran en matière de micro. Beaucoup de terrans de bas niveau ne sauront pas

à quel point il est important d’attaquer en permanence avec énormément d’unités, plus que tout le reste. Se contenter de modifier un peu leurs priorités pour réussir à atteindre ce but peut permettre d’augmenter drastiquement leur jeu.

Parce que la stratégie est une compétence difficile à améliorer de façon générale, il n’y a pas de plan concret pour l’améliorer au delà d’un certain seul, à par en faisant en sorte de comprendre le jeu de mieux en mieux par l’étude des parties pro et la comparaison avec ses propres résultats. Les exemples ci-dessus sont juste là pour montrer comme les connaissances stratégiques peuvent être mises en pratique.

Pour finir, il n’y a pas de stratégie “tout en un” qui englobe tout, et un peu d’expérimentation peut vous permettre de vous rendre compte que ça se passe mieux avec 1 gate reaver qu’avec des Nexus first en PvT par exemple. De façon similaire, en comparant les données de vos réussites ou de vos échecs avec différents plans de jeu, vous pouvez vous rendre compte que vous n’êtes pas très solide en matière de défense en lategame TvZ, mais que par contre vous avez de bons résultats pour ce qui d’affaiblir le zerg et de le mettre à terre avant qu’il ne soit stabilisé sur 4 gaz pour pomper de l’ultra/Ling.
Garder des traces de vos stratégies et de vos résultats avec peut vous ouvrir les yeux sur certaines caractéristiques de votre jeu permettant d’adapter l’approche que vous adoptez.

12) La prise de décision (Decision Making) (DM dans le texte)
La DM est probablement la compétence la plus dure à acquérir, mais c’est quelque chose qui, au même titre que le multitask, permet de réellement faire la différence entre des personnes qui, sur d’autres niveaux, sont proches. C’est quelque chose de si important que ça a presque seul catapulté (avec un plus le sens du jeu et la stratégie, mais à des degrés moindres) Flash (Dieu) à un niveau de jeu radicalement supérieur à plusieurs moments tout au long de sa carrière, en particulier ces derniers mois (Se rappeler de la date d’écriture du document ,hein, à l’époque il en cassait des fesses sur Broodwar). Même si Flash, par moment, n’est que très moyen en matière de mécaniques vis à vis de ses pairs, il est incomparable par sa -*! et ça fait bien plus que compenser la différence méanique. On peut même dire, pour la DM, qu’il n’y a tout simplement pas de limite en matière d’amélioration ou de possibilités.

Parce qu’il est dur de faire de façon constante des décisions excellentes (ou juste bonnes), c’est clairement la compétence dont manque le plus les joueurs de tout niveaux. C’est tout simplement trp compliqué, tellement que la plupart ne s’en préoccupe même pas et se contente de laisser la %^- s’améliorait naturellement, c’est à dire très très très lentement, pendant qu’ils s’améliorent dans les autres domaines. Donc, pour ceux qui veulent être uniques, améliorer sa *!@ est un excellent moyen de se différencier radicalement du reste de la foule.

La prise de décision vient de deux choses : le ‘savoir-faire’ et la capacité à le faire réellement, de façon subconsciente. Être bon en matière de DM est impossible si chaque décision doit être consciemment prise lorsque nécessaire. Non seulement les résultats seront lents, votre vitesse va en être affectée, mais de plus les décisions seront de façon générale moins bonne car faites sur le tas de façon incomplète plutôt que pré-programmée.

Les méthodes d’amélioration

Dû à la nature abstraite de la DM, essayer de trouver une méthode d’amélioration similaire aux compétences mécaniques apporte plus de soucis qu’autre chose. Considérons quelques approches originales mais efficaces.

Une des raisons pour laquelle Flash a une extraordinaire DM est le temps énorme qu’il passe à réfléchir à des situations en jeu plutôt qu’à simplement pratiquer. Il en mentionné plusieurs fois que, tout au long de sa carrière, il n’a fait qu’une fraction des parties d’entrainement que font ses pairs, par contre il a à la place passé un temps considérable à réfléchir et à analyser des situations et des concepts variés. Ses méthodes lui économisent du temps , car il est capable de ‘sauter’ à n’importe quel moment de la partie au lieu d’avoir à jouer le début et le milieu de la parte afin de pratiquer le lategame (qui est, sans coïncidences, sa grande force), ce qui est plus efficace et faible (quel pourcentage de parties représentent réellement un entrainement de qualité à ce niveau la?), mais en plus représente une économie d’énergie. Ce faisant, il est capable de se préparer pour des situations uniques et d’y répondre de façon rapide mais efficace, mieux que n’importe qui.

Une méthode alternative vient de Savior. En 2006/7, son ZvT était si bon que personne ne comprenait ne serait-ce que la moitié de ses actions, et personne n’arrivait à reproduire ses succès et ses skills uniques. Cependant, le plus surprenant là dedans est que Savior passait la majorité de son temps à pratiquer en terran ! Cette situation était unique, mais sa maîtrise du côté zerg associait à la connaissance et la compréhension de la perspective adversaire ont permis énormément de ses succès.

Il y a de nombreux aspects de Starcraft qui n’apparaissent qu’en expérimentant la perspective d’un côté en particulier. Dans certaines situations, les idées ne viendront d’aucune autre source : par exemple, Savior a appris comment ses adversaires réagiraient à chaque instant, sur quoi porterait leur attention Cette connaissance était cruciale pour créer un grand nombre de tactiques exploitant ces facteurs sinon inconnus. De plus, vous ne pouvez connaître certaines choses qu’en les expérimentant vous même. En tant que terran, bouger votre armée pour attaquer n’est pas grand chose. Vous pouvez passer un peu de temps à vous préoccuper ou à vous préparer pour des lurkers, mais sinon ça sera juste une routine basique de mouvements pour attaquer. Mais du côté zerg, cette armée qui d’un coup sort en stimmant du brouillard de guerre est terrifiante et très dure à gérer. Lire ces mots est une chose, mais le voir en jeu est différent. De façon similaire, ce n’est pas juste jouer le matchup à l’envers qui est important, mais de le faire avec l’intention spécifique de vouloir obtenir une nouvelle perspective.

Essayez l’une ou l’autre de ces méthodes et voyez ce que ça donne. Elles ont déjà faites leurs preuves et vous pourriez surpris par les résultats.

13) Le sens du jeu (Game Sense) (SdJ)
Une définition simple du SdJ est votre ‘savoir-faire’ dans le jeu, en particulier les timings. C’est ce qui vous indique que quelque chose ne va pas, et que des Templiers Noirs arrivent, qu’il est temps de lancer les tourelles pour bloquer les muta, ou que le moment est le bon pour sortir et attaquer.
Le terme de SdJ est utilisé de façon très libérale, parfois tout simplement pour désigner la connaissance du jeu dans son ensemble, mais restons simple et collons à la définition initiale.

Le SdJ se construit principalement via l’expérience et l’examen de ce qu’il s’est passé. Bien qu’avoir un solide de connaissances théoriques solides aide grandement, le risque est que les bonnes réactions ne soient pas présentes jusqu’à ce que l’expérience soit présente. Une méthode importante pour développer ce SdJ est d’étudier en profondeur vos propres replays. Même dans des parties simples où n’importe qui pourrait comprendre pourquoi un tel a perdu ou gagné, ça vaut le coup de l’examiner rapidement, même en vitesse rapide si nécessaire.

Cet examen doit de préférence être fait peu de temps après avoir joué les parties en question afin que l’expérience soit encore fraîche dans votre esprit. Le bénéfice principale de cette façon de faire est de fusionner les détails de ce que vous avez perçu durant la partie où vous étiez limités par les informations que vous aviez, avec la précision de ce que vous obtenez en examinant le replay. Ce faisant, vous pouvez améliorer la précision de vos prédictions en cours de partie. Ca s’applique non seulement aux chiffres de population ou à l’avantage de telle ou telle personne, mais également aux visions, erronées ou non, que vous pouvez avoir des situations ou des choix auxquels vous pouvez faire face. “Est-ce que je dois réellement être me sentir menacé par ses possibilités d’attaque en ce moment? " " Pourquoi ai-je supposé que son armée était si petite, conduisant au suicide de la mienne?”. En comparant constamment vos prédictions en jeu avec les données précises obtenues sur le replay, vos prédictions vont devenir meilleures jusqu’à arriver au stade où vous aurez le sentiment d’être assez confortable et de ne plus avoir besoin du replay pour comprendre le déroulement de la partie.

En plus d’examiner vos parties, une autre bonne technique est simplement d’examiner un grand nombre de parties pro. Lorsque c’est possible, appliquez la méthode de ‘vision limitée’ (Vidéo à la première personne, replays…) ci-dessus. De façon générale, le simple fait de voir le schéma de déroulement d’un grand nombre de parties pro va vous aider à vous améliorer avec le temps en implantant dans votre subconscient la façon dont des parties “bien jouées” se déroulent.

Pour finir, les méthodes décrites plus haut, à propos de Flash et Savior aident énormément le SdJ sans même avoir à le rechercher. Ce n’est pas une coïncidence qu’ils soient deux des trois joueurs au SdJ le plus aiguisé de l’histoire du jeu.

  1. Amélioration générale de la stratégie

Le but d’analyser chacun des skills primaires du jeu de façon séparée est d’être capable de les utiliser pour précisément juger vos forces et faiblesses. Comprendre l’état de chacun de ces skills individuellement est indispensable à l’amélioration. Autrement, comment saurez-vous quoi améliorer, si vous ne savez pas où sont situés vos problèmes?Comment pouvez-vous vous concentrer sur vos forces et atténuer vos faiblesses si

vous ne pouvez même pas les identifier ?

Logiquement votre plan général doit être de vous reposer sur vos forces et de limiter l’impact de vos faiblesses. Choisir d’utiliser le build TvP de Flash (Un build très très macro, visant à jouer un début de partie avec peu d’unités pour avoir une économie et des uppgrades solides, débouchant sur de solides timing push en milieu de partie) n’est pas une très bonne idée si vos forces sont votre micro et votre multitask, mais que votre Sens du Jeu n’est pas excellent. Pour un tel joueur, le build de oov (Un build conçu pour réagir aux contres du build de Flash, par de l’agressivité, du harcélement ,et des pushs beaucoup plus rapides).

Vous êtes sensés planifier les choses en vous servant de vos forces, cependant si vous souhaitez vous concentrer sur l’amélioration, il vaut mieux se préoccuper de combler vos faiblesses. C’est en partie dû au fait que se concentrer sur un seul domaine, au bout d’un moment, donnera de moins en moins de bons retours passé un certain stade. Si vous mettez toutes vos capacités dans l’amélioration de votre micro du muta et du defiler (Blabla caster zerg, disons un infest !) en négligeant le reste, le résultat va être plutôt évident. L’amélioration de votre micro va finir par s’atténuer car la faiblesse de vos autres skills va réduire votre compétence à croiser des adversaires plus forts vous permettant de forcer votre micro à fond pour l’améliorer. De façon similaire, vos faiblesses sont souvent ce qui peut être le plus facilement amélioré rapidement. jusqu’à un niveau respectable. Pour finir, améliorer vos faiblesses offrent bien plus de marge de progression potentelle que le travail d’une ou deux forces. Ca dépend bien sur des compétences concernées, dans la mesure où une macro solide rendra par exemple négligeable une micro déficiente en dessous d’un certain niveau. Mais un joueur qui utilise de mauvaises stratégies et de mauvais plans de jeu ne peut que compenser ce domaine avec ses autres skills qu’un petit moment, avant que tout ne s’écroule.

Clarifier les prochaines étapes afin de s’améliorer est souvent plus important que le processus direct de l’amélioration. Avoir une ligne de conduite claire de ce qu’il faut travailler peut réellement accélérer la croissance de votre niveau, plus que de jouer et de vous entraîner au hasard.

15) S’améliorer en tant que terran

Voici un petit guide plus précis sur la façon de consolider les idées présentées içi et de les intégrer dans un plan facile à suivre. L’idée de cette approche m’est venue après ce que j’ai observé en aidant mes confrères terrans pendant plus d’un an et demi. Pratiquement tout les sujets d’aide Terran regroupent les mêmes problèmes. Si vous pensez à poster un autre sujet de type “aidez moi”, vous n’êtes probablement pas le seul et votre question a probablement été plus ou moins résolu dans un précédent sujet. Bien que ce mini-guide puisse marcher pour les autres races jusqu’à un certain degré, les terrans sont plus ou moins unique dans leur façon de gérer et dicter le rythme de leurs matchups. Voici les similarités entre ces différents sujets d’aide :

  1. Le joueur a une mauvaise stratégie, une mauvaise compréhension de la stratégie, ou une mauvaise exécution de ladite stratégie. Souvent les 3. La macro est évidemment un important facteur de l’exécution.
  2. Le joueur a un plan de jeu inexistant ou mauvais. Si vous leur demandez précisément quels sont leurs buts dans les phases de jeu, et ce vers quoi ils font tendre leur jeu, ils ne sauront probablement pas répondre.
    Ces deux points ne sont pas eulement des problèmes partagés par tout les terrans de bas niveau (et les autres races également), mais ce sont en plus les ingrédients les plus importants pour ce qui est de s’améliorer jusqu’à un niveau respectable. Il n’est pas important de savoir à quel point vous êtes bons dans les autres skills si vous n’êtes pas potable dans les autres catégories. Les joueurs en question peuvent être décents dans certains domaines, ou mauvais dans tous, mais ils souffrent pratiquement toujours d’une (ou des deux) catégorie ci-dessus.

Le plus grand souci de toutes ces personnes qui postent pour recevoir de l’aide en tant que terran ne réalisent pas qu’elles souffrent de ces deux problèmes et se concentrent en vain sur d’autres domaines qui ne sont pas aussi importants. Cela conduit à un grand nombre de gens bien intentionnés qui répondent à ces appels à l’aide en donnant des avis mauvais ou d’utilité restreinte, tout simplement car ils vont eux aussi se focaliser sur les mauvais facteurs. Restez simple dès le départ, ne vous préoccupez pas du reste. Une fois que ces deux facteurs sont bien gérés, le reste va se mettre en place sans trop de soucis.

Voici un processus simplifié d’amélioration que vous pourriez trouver utile en tant que guide. Le but de ce processus d’amélioration est de développer les fondations correctes sur lesquelles travailler afin d’éviter de gacher du temps en pratiquant les mauvaises choses. evidemment chacun a sa façon d’apprendre et il ne faut pas utiliser ce guide comme quelqu’un chose de rigoureux, mais plutôt comme une référence donnant la direction générale à suivre.

  1. Trouver un bon build, utilisé par les pro, par matchup. Soyez sur de prendre les informations nécessaires directement à la source originale, sans exception. Par exemple la meilleure personne pour parler du Flash build reste Flash lui-même. Choisissez un build assez polyvalent dont le style vous plaît, et utilisez-le

  2. Regardez chaque vod/replay existant d’un joueur pro exécutant ce build correctement. Pendant que vous le regardez, mettez la pause toutes les 10 à 15 secondes et réfléchissez “Qu’est-ce que je ferais dans cette situation?” ensuite relancez le et regardez en quoi leurs décisions diffèrent des votres. Comparez les, voyez les différences, et utilisez cette méthode pour trouver les similarités en matière de décisions, et de compréhension de la partie. Lorsque vous regardez un replay, soyez sûr de le regarder à la fois normalement, mais aussi avec le point de vue de votre race pour voir comment ils réagissent à partir d’informations limitées.

  3. Pratiquer ce build en solo (sans IA!) jusqu’à ce que vous puissiez l’exécuter aussi bien qu’un joueur pro dans cette situation, sans intervention extérieure. Si vous devez consciemment penser à la prochaine étape, vous n’avez pas assez pratiqué. Pratiquez jusqu’à ce que le build soit subconscient, de cette façon vous pourrez utiliser votre temps en jeu pour vous concentrer sur ce que fait votre adversaire et y réagir.

  4. Jouer ce build encore et encore contre la meilleure opposition possible. Ne vous laissez pas devenir frustré ou ennuyé : restez avec ce build. Vous aurez des défaites frustrantes au départ car les gens vont des choses bizarres contre lesquelles vous n’aurez aucune idée de comment réagir. En acquérant plus d’expérience cependant, ces défaites idiotes deviendront de moins en moins nombreuses. Il y a le risque que de mauvaises habitudes se développent, mais cependant, ça vaut le coup d’expérimenter en essayant de modifier un peu le build et les décisions prises dans le cadre de celui-ci pour voir les résultats. Ca aménera quelques défaites, mais permettra d’accélérer le processus de compréhension du jeu.

Au final, le résultat est une solide fondation permettant aux autres skills et stratégies d’être construit dessus de la façon que vous le souhaitez

Les bonnes sources : Où allez à la pêche aux infos, aux guides, aux replays… :
Déja, je le dis clairement : c’est bien malheureux, j’espère que ça va changer, mais pour le moment, Oubliez les sources françaises. Y a énormément de gens remplis de bonne volonté, mais la bonne volonté n’assure pas la qualité, et les meilleures sources francophones en matière de guides, vidéos, etc, sont au mieux “acceptables” comparés aux ressources anglaises.
à terme et à moins que ça ne change radicalement, même si on peut espérer que la qualité de ce qui est disponible en français augmentera, les sources anglophones resteront d’une qualité infiniment supérieure, en matière de casting, de rédaction de guides, etc… et certaines (présentées en majorité ci-dessous) n’ont aucun équivalent
Bref, si vous voulez augmenter drastiquement vos chances de vous améliorer… bossez votre anglais ! Et croyez moi, ça vous servira, et pas que pour Starcraft

Donc, les liens à avoir en tête :
http://www.teamliquid.net/ (alias TL) : LE site communautaire sur Starcraft. Quand on parle du “forum stratégie” dans le guide, c’est celui de TL. Quand les gens ont une question à poser, c’est sur TL. Quand un guide intéressant est posté, 95% du temps, ça sera sur TL. Quand un joueur souhaitera stream, il le fera répertorier sur TL.
http://wiki.teamliquid.net/ : Wikipédia, version Starcraft (Broodwar et 2). Vous voulez des infos sur une unité ? Ici. Un joueur? Ici. Une strat Broodwar ? Souvent ici. Une strat SC2 ? Bon, la ça coince un peu :smiley:
http://wcs.battle.net/sc2/en/videos (Merci à notre cher bleu Jolnirren) : Assez explicite, et je vais citer son message sur le sujet :

[quote]Pour rappel, il est possible de les classer :

[ul] [li]Par matchup (Zerg contre Zerg, Protoss contre Terran, …).[/li] [li]Par joueur (Grubby, Jaedong, TaeJa, NaNiwa, …).[/li] [li]Par région (Europe, Corée, Amérique).[/li] [li]Par saison.[/li][/ul]

Vous pouvez ainsi facilement examiner dans le détail les stratégies de chaque race et les build orders les plus courants. Vous pouvez également voir les statistiques GGTracker pour la plupart des matchs (saisons 1 et 2), affichées sous les vidéos. Celles-ci donnent des informations supplémentaires sous forme de graphiques.[/quote]

De nombreuses chaînes vidéos, Youtube , Dailymotion ou autre :
-Day9 (Nombreux tutoriels très poussés sur de nombreux sujets !)
-ESL (De nombreux matchs professionnels joués dans leurs compétitions, telles que les IEM !)
-(J’hésite mortellement à placer un lien vers ma propre chaîne, mais je crois que je me ferais lyncher pour ce qui serait, je pense, un subtil moyen d’obtenir de l’attention)
-Millenium (Je maintiens ce que j’ai dis sur les sources françaises, cependant c’est là que sont regroupés la plupart des choses intéressantes disponibles en français. Par contre, la plupart des guides, même ceux importés de TL, souvent mal choisis et incomplets de base, sont peu recommandés : tournez-vous surtout vers les casts de compétitions)
-Les nombreux streams disponibles sur TL (par défaut, sur la droite du site) : c’est une excellente source d’apprentissage, étant donné qu’ils offrent une vue à la première personne, chose importante, vous l’aurez compris, en lisant le guide… et vu que c’est beaucoup plus répandu que sur Broodwar, il faut l’exploiter ! (et encore une fois, parler anglais est un plus, beaucoup de streamers commentant en anglais… mais cette fois, ce n’est pas indispensable, l’intêret est plutôt de mettre en application ce que dit le guide avec unes des meilleures sources possibles). On peut trouver des streams de joueurs bons mais pas très connus comme Polt, Byun, Thorzain, Taeja, Hero, qxc, ForGG, Dimaga, etc… ça peut valoir le coup d’en étudier certains, et même si leurs niveaux sont clairement pas tous les mêmes, il y a par exemple des perles à dénicher en matière de stratégies intéressantes sur certains… relisez le guide :wink:

Les conseils du traducteur :
Vis à vis du guide :
-Lisez le guide. Même si vous l’avez déjà fait.
-Faites le, bande de menteurs. Je sais que vous avez ignoré la ligne précédente.
-Encore.
-Ne vous imaginez pas que l’auteur est un type trop rigoureux qui veux juste vous embêter. Ne sautez pas des étapes, investissez-vous et faites ce qu’il dit : passez du temps sur la recherche de stratégies, de documentations dessus, passez du temps à pratiquer en solo, et faites vous latter par par plus fort que vous
-Relisez encore le guide.
-Gardez bien en tête tout ce qui concerne la fiabilité des sources

Vis à vis du jeu :
-Vous ne vous sentez pas d’humeur à jouer correctement, mais vous voulez “travailler votre jeu” ? Allez en non classé tester des stratégies ou jouer une autre race. Allez dans un mode de micro ou de macro en arcade, entrainez-vous sur vos mécaniques. Allez vous installer devant une VoD ou un stream, et relaxez-vous tout en appliquant les conseils du guide ! N’oubliez pas ce qui est dit dans le guide : Dieu (Flash) lui-même himself en personne a montré que la pratique bête et méchante est bien moins efficace que la réflexion !
-Si vous faites une mauvaise série sur le ladder… vous entêtez pas. Fermez le jeu, et allez vous détendre, éventuellement en appliquant le conseil si dessus, mais…
-Faites des pauses de temps à autre. Sérieusement. ça sera l’occasion de réfléchir à ce que vous avez appris, de prendre un peu de recul, et de repartir sur le jeu avec un esprit reposé et ayant pu assimilé les nouveautés !

Ce qui ce fait en ce moment sur Starcraft 2

Cette section vise à compenser en partie l’absence des replays/VOD répertoriés à la fin du guide originale, qui sont sur Broodwar. Faire une vraie collection de replays est impossible pour le moment (ne serait-ce qu’en matière de temps, il faudrait revoir la plupart des match-ups de Heart of the swarm pour trouver les parties “types”).
A noter qu’étant terran à la base, je peux avoir un peu de retard / être incomplet sur certains match-ups

Terran :
Contre zerg :
Les ouvertures les plus courantes sont le (2) Reaper expand -> Reacteur Hellion (6) et le CC first -> Reacteur hellion (6). Les compositions sont de type Bio/mech, le standard de HotS étant le 4M (Marines/Maraudeurs/Mines/Médivacs), mais certains joueurs utilisent du marine/tank en début de partie, ou passent sur du Bio/Thor/hellbat en fin de partie
à noter qu’à l’heure actuelle, le mech revient à la mode chez les pro, avec des ouvertures de type FE -> Hellion/Banshee. Suite au nerf de la mine, le bio/thor ou bio/tank se revoit également de temps a autre.
Contre protoss : Reaper expand/CC first -> 2/3rax -> Marine/médivac/maraudeur (+ghost/viking)
Contre terran : Mech, biomech viable. Bio viable quasi uniquement contre mech
Zerg :
Contre zerg :
Contre terran :
Hatch first -> Ling/Baneling/Mutalisk. Le Roach/hydra est jouable mais demande un style de jeu assez particulier et est contré de mieux en mieux par les terrans
Contre Protoss :
Protoss :
Contre zerg :
Contre terran :
Conre protoss :